"WHAT ELSE?!"

A La Une

Lu à la Blogomma

Nini ne laisse personne indifférent, notamment dans la Blogoma, il a fait couler beaucoup d´encre "virtuel" autour de lui en ce mois d´aout, il a même réussi, avec son génie incomparable, à faire oublier aux gens l´affaire de l´interdiction de Telquel et de Nichane. Larbi -Le meilleur blogueur politique du Maroc, comme le nomme Politis qui, quant à...

par Moustapha.H
Catégorie:

Articles récents

La situation des femmes en Turquie

Article rédigé Par: Constanze Adam
extrait de son memoire de D.E.A en Science politiques à l´université de Paris 8
La condition de vie des femmes en Turquie (51% de la population) diffère enormement selon leur critères locals, économiques et sociales individuelles.
Les femmes constitue en Turquie le grope social le plus opprimé. Bien qu’avec la République en 1923 Attatürck ait instauré juridiquement leur égalité, la nature patriarchale de la société a empêché de traduire leur droits dans la pratique, même les tribunaux n’ont –en géneral- l’habitude de les faire appliquer. Ces « conditions favorables » résultant des droits égaux instaurés se voyaient d’ailleurs détournées en désavantage majeur car dès lors l’idée regnait que tout problème d’inégalité était resolu.  La doctrine kémaliste –dit moderniste « à l’occidentale »- était fondé sur le nationalisme et la laicité ce qui faisait de la Turquie le premier pays musulman et laic. L’adaptation du modèle occidental du code civil suisse en 1926 a formellement permis aux femmes de se dévoiler, interdit la polygamie et établi l’égalité juridique entre femme et homme en ce qui concerne le mariage, le divorce, l’héritage et la propriété. < Attatürk voulait supprimer toute influence réligieuse et promulguer la vie « moderne » à l’occidentale. Sa doctrine modifiait véritablement les mœurs des classes du sommet de l’hiérarchie sociale et de l’intelligentsia turque, mais ne changait en rien les coutumes de la masse qui se voyait ainsi retiré la légitimation et surtout leur représentabilité de leurs habitudes. Très tôt –en comparaison avec d’autres pays-, les femmes de la Turquie possedaient des droits civiques garantis par la loi ; ces droits tombaient dans un certain sens en désuétude par des sucessions des volontés politiques moins motivées et moins affirmatives et des structures sociales patriarchales qui reprenaient vite le dessus –dans la société « en gros ».
Ainsi, on démontrera le régime juridique garantissant les droits des femmes qui devrait regner pour ensuite tenter de dessiner un approche des conditions réelles dans lesquelles les femmes turques doivent vivre aujourd’hui.
Par la suite on abordera les deux courants des femmes en Turquie, en citant des exemples significatifs du mouvement féministe et en retracant et surtout explicant le courant des femmes islamistes.

Situation juridique des femmes turques


L’article 10 de la Constitution déclare l’égalité de toute personne devant la loi, sans consideration de la langue, de la race, du genre, de l’opinion politique et des croyances philosophiques ou réligieuses sans accorder aucun traitement préférentiel à personne. L’utilisation du terme « genre » assure alors l’égalité des femmes et des hommes devant la loi. Mais la pratique intrinsèque à la vie quotidienne. Pour cela, le concept de « affirmative action », alors des initiatives à finalité de compenser des injustices subies des femmes afin de faire valoir réellement leurs droits pour qu’elles puissent atteindre un statut social à égalité des hommes, se repand de plus en plus en forme des fameuses quotas au niveau universitaire comme professionnel en général. Bien que ce concept reste redouté, les nombreuses organisations féministes l’ont soutenu et défendu en tant qu’ultime recours vue la structure sociale turque.
Afin de souligner l’écart existant entre la réalité, donc la situation « de fait » et le régime juridique à l’égard des femmes, on pourrait encore évoquer quelques exemples des droits fondamentaux que la Constitution garantit à chaque citoyen par l’article 12.
Sous les titres « droits personnels et obligations », « droits sociaux et économiques » et « droits politiques », on trouvera quelques articles qui nous interessent particulièrement afin de démontrer plus évident l’écart entre régime juridique et situation de fait des femmes turques :
L’article 18 interdit le travail forcé, mais en réalité il touche avant tout les femmes –dans l’agriculture ou mieux dans le travail doméstique en général, en étant souvant le résultat de la violence (psychique comme physique) conjugale.
L’article 23 dicte que chacun a la liberté de résidence (géneralement choisie par les maris) et d’aller et venir (l’honneur de la famille par contre sera facilement en jeu…) et le droit d’avoir et de disposer de sa propriété se voit garanti par l’article 35 de la Constitution –reste à ajouter que 73% de tout patrimoine appartient aux hommes.
Cacun a le droit d’étudier et ne peut être privé d’instruction (relève principalement de l’accord des membres de famille masculin) et d’enseigner en toute liberté (art.27 et 42), comme d’ailleurs exprimer librément ses pensées et opinions (art.26), en toute liberté de conscience – l’exemple de l’avocate Eren Keskin nous en démontrera la réalité, car même le droit de sa liberté de travailler dans son champ désiré (art.48) devient redoutable.
La Constitution pose de même le principe de protection et de défense par les autorités compétentes afin de faire prévaloir les libertés fondamentales de chaque citoyen, mais par la suite en verra des exemples d’application des lois par les instances étatiques qu’on pourrait qualifier d’arbitraire et surtout d’absolument contradictoire avec les principes juridiques.
Depuis 1934, toute personne possède le droit de vote et peut se faire librement élire (art. 67), néanmoins les bulletins féminines reflètent normalement le choix de leurs maris et aux femmes politiques dont le taux reste généralement au-dessous de 3%, la parole est peu laissée. L’article 74 propose a tout citoyen d’adresser ses conseils ou ses plaints aux autorités compétents. La plupart des gens ayant osé d’emettre des critiques se retrouvent cependant au prison et des « conseils » démeurent généralement ignorés sauf des mobilisations énormes et médiatisées. Cela attribuait par contre à une émergence plus en plus nombreux des organisations se battant pour spécifiquement des droits des femmes qui se distinguent dans leurs yeux qualitativement par une problématique moins évidente et plus cachée dans la violence et l’harcelement de tous les jours à travers les démarches de minorisation de celle d’autres « minorités ».
Par des enormes campagnes de 126 groupes des femmes, un nouveau code civil a été ratifié le 22 novembre 2001. Il a aboli la suprématie des hommes dans la vie familiale. Son nouveau concept manifeste une rélle volonté de changement en contournant des malinterpretations « possibles », se refletant de même dans le language. Le terme de « famille » qui signifiait avant implicitement « chef de famille » se remplace desormais par « les époux ». le nouveau code civil déclare la famille étant un partenariat basé sur l’égalité des droits de femme et homme (art. 41 de la Constitution) concernant toute décision, leur résidence familiale, leur propriété commune et surtout leur représentation. D’ailleurs, les mères ont acqueri le droit de garder leurs enfants lors d’une séparation.

Conditions réelles


Ce concept laique, progréssiste et modérniste instauré á « l´occidentale » par Mustafa Kemal en remodelant le code civil suisse n´a pas incité un changement de la situation féminine au sein de la société turque, seule une minorité intéllectuelle est certaine parmi les classes les plus favorisées ont su en bénéficier en intériorisant ce concept en tant que courant « a la mode ».
La vie de la plupart des femmes demeure toujours conditionnée par des coutumes sociales et religieuses au lieu du droit constitutionnel et du code civil (15% dans les villes et 75% dans les campagnes). Surtout dans les campagnes ou la disparité frappe le plus, les femmes illitrées y sont concentrées, dans un pays ou statistiquement l´analphabetisation frappe une femme sur trois. Un sondage réalisé par le WWHR entre 1996 et1997 a revelé que 37% des femmes sont en ce qui concerne leur propre instruction exclusivement conditionnées par le choix des membres masculin de leur famille.
   Leur valeur le plus sacré est la morale, et acquérir un certain « honneur » et un « statut social respectueux » en accouchant de nombreux enfants, notamment des fils. Dans leur culture, la valeur et le statut d’une femme monte avec un nombre croissant des fils qui serviront dans les milieux ruraux à satisfaire des fonctions économiques ; d’ailleurs, on prive les femmes de leurs droits de contrôle et de volonté sur le nombre des enfants qu’elles désirent.
Leur décisions sont prises par leurs péres, même souvent celle de leurs futurs maris qui prendront le relai.
L´oppression et l´exploitation des femmes en turquie se distingue qualitativement de celles des pays occidentaux par des conditions de vie et de travail physiquement incomparablement plus dûres. Elles intériorisent et comprénnent souvent leurs oppressions culturelle et morale, alors politico-sociales comme economiques en tant que déstin.
Depuis 60 ans, elles participent avec la constante de 10% á la vie active dans l´industrie et l´administration. En 1996, parmi les femmes dont la vie active, 82% travaillent dans l´agriculture dont 89% ne recoivent pas de salaire qui revient aux chefs de familles. Bien plus exploitées que leurs collegues masculins, elles sont généralement moins payées, mal accéptées, difficilement embauchées et virées les premiéres ( dans ce cas, les autorités ne les enregistrent même pas en tant que « chômeurs », car on suppose qu´elles rentrent dans leurs fonctions normales et naturelles en tant que femmes de foyer.).
Les tâches ménagéres et l´élevation des enfants « vont de soi » avec le rôle feminin et même dans les milieux bien instruits et influencés par les concepts kémalistes, l´option de leur partage restent souvent inconnue et très redoutée.
Le travail doméstique se voit d´ailleurs instrumentalisé afin de garder les filles á la maison et les protéger ainsi d´une morale étrangére.
Eduquées dans les valeurs traditionnelles, les filles turques se doivent être obéissantes et rester viérges jusqu´au mariage (ce qui sera vérifié par des tests de virginité), car de lá découle tout l´honneur de la famille entière –séverement protégé par les membres masculins de la famille.
Les relations hors mariage totalement secrétes peuvent avoir des suites catastrophiques car l´education sexuelle demeure inimaginable. Des filles se trouvant enceintes de cette facon, ne voient souvent que des avortements secréts ou du suicide comme alternatives á l´exclusion et le bannîssement de la famille (ou mêmes des « crimes d’honneur », les meurtres –dans ce cas- de la fille ou son supconné partenaire).
Mais la pire des formes d´oppression feminine en turquie reste la violence physique. Frapper violement ses femmes est considéré comme la norme de 54% des hommes. Le sondage du WWHR a revelé que 90% des femmes mariées sont régulièrement insultées, humiliées verbalement et maudites de leurs maris ; 40% ont constaté qu’elles subissent de la violence physique comme des coups, des ménaces à l’aide d’un couteau,etc ; et 15% ont avoué d’être obligées à avoir des relations sexuelles avec leurs maris contre leur gré. Bien que, juridiquement, cela puisse constituer une raison de divorce, le taux de divorce se trouve au-dessous des moyennes d´autre pays en voie de développement
Politiquement les femmes n´ont jamais exercé ou participé réellement au pouvoir, bien qu´elles se voyaient accordées le droit de vote et d´être éligibles depuis 1934. Tansu Ciller, devenue premiére dirigeante d´un parti gouvernant et alors premiére femme premier ministre en juin 1993, sollicitait des aspirations auprés des femmes aux impulsions d´une égalité politico-sociale de fait. Le professeur en économie Ciller, âgée de 50 ans á l´époque etait votée en tant que « chance historique » du mouvement féministe turc et en tant que garantie contre les islamistes –avec lesquels elle formait une coalition par la suite. Préoccupée plutôt de se déffendre contre tous les soupcons de corruption, abus de pouvoir et contacts mafieux, elle ne changea rien pour les femmes de son pays. Des septs députées de son parti, deux le quittaient en guise de protestation contre cette coalition.
Une des rares femmes politiques remarquables de leur courage s’appelle Leila Zana ; se battant pour la cause kurde, elle était en 1991 la première kurde au Parlement. Le fait que son mari a été prisonnier politique à l’époque l’a donné la force de combat public, dit-elle. Le grand scandal se déclenchait quand elle parlait lors des présentations au Parlement sa langue, la langue kurde. L’Etat turc voulait l’accuser de haute trahison qui aurait signifié la peine de mort, mais en fonction de l’étendue médiatique international, il était obligé à contourner cette peine et l’accusait alors d’être membre du PKK. Elle était sanctionnée à 15 ans de prison. Pour son courage (qui n’arrivait d’ailleurs pas à faire changer les choses) le Parlement européen lui attribuait le prix de la liberté d’esprit.
Certaines organisations des femmes contemporaines revendiquent des quôtas de facon que l´Etat ne devrait subventionner que les partis qui garantissent la participation féminine.
En 1996, les femmes n´ont conquéri que 13 siéges sur 550 au Parlement turc – correspondant á un taux de 2,3% .
Surtout après le coup d´Etat militaire-faschiste de septembre 1980, la situation politique des femmes s´est ennormément aggravée. La nouvelle Constitution de 1982 impose aux partis politiques de ne plus intégrer des associations de jeunesses ou de femmes. Il réste á craindre que cette situation s´aggravera de plus en plus par réislamisation de la société turque. Les nouvelles autorités se sérvent de l´Islam pour justifier la position inférieure des femmes á l´égard des hommes. Les anciens préjugés en combinnaison avec la nouvelle propagande islamiste fondamentaliste alourdissent encore leurs vies : « Le ventre de la femme a besoin d´un soldat, le dos de la femme a besoin d´un bâton. » -cette « sagesse populaire » etait citée en 1990 par un procureur de la République- non avec ses amis dans son bar du coin, mais au cours d´un procés de viol (en 1996, il y a eu 36000 délits, dont 20000 viols….). la Cour de cassation turque déclarait de réduire la sanction des violeurs de 2/3 s´il s´agit d´une prostitué en tant que victime. Tout recours ou campagne contre ce jugement scandaleux réstaient sans issu jusqu´á nos jours.
Même si la Turquie a signé en 1950 la convention européenne des droits de l’Homme et ainsi la torture n’existe plus officiellement, elle est utilisée systématiquement en prison contre tous, homme, femme et enfant, généralement contre des gens politiquement ou leurs proches. Souvent la torture s´exércent dans sa forme la plus dûre sur des « minorités » (par « minorisation »…) comme des femmes et des kurdes.  En garde a vue , on bande les yeux des incarcérés qui sont mis à nu, on leur attache les bras afin de les pandre, on les prive de nourriture et de sommeil et on leur fait subir des coups violents ainsi que des choques électriques sur les organes génitaux comme sur les poitrines. Alors qu´on serre les tésticules des hommes, on résérve aux femmes généralement le viol –souvent collectif- comme moyen de torture.
En 2001, 147 femmes (dont 112 kurdes) ont demandé l´assistance juridique á un projet humanitaire récent ( cofondé par l´avocate connue sous le nom de Eren Keskin) á Istamboul dans le but de porter plainte contre ces fonctionnaires ( 51 plaintes de viol). Seulement un fonctionnaire etait jugé coupable par la suite. D´ailleurs, dans des cas similaires, l´Etat procéde de facon á ce que ces fonctionnaires ne subissent qu´une suspension provisoire d´une durée symbolique.

Trajectoire d´une femme militante 


Le cas de Eren Keskin est un exemple illustratif de femmes militantes activistes en Turquie contemporaine et de leur courage  malgré toutes les resrictions imposées par l´Etat turc, et les représailles qu´elle a subit ( et qu´elle subit toujours) au cours de l´exercice de sa fonction d´avocate et la defense des droits de l´Homme, notamment les droits des femmes.
Elle dirige l´I H D (Insan Haklari Dernegi), organisation de defense des droits de l´Homme. En 1997, elle a fondée, avec Mercan Güclü et Nurcan Okcuoglu ce projet humanitaire évoqué ci-dessus, en forme de centre de documentation qui a pour rôle de recueillir des faits, des témoignages et des informations des femmes qui ont subit des abus de pouvoirs, des violations de lois et d´offrir de l´assistance juridique à ces femmes.
Accusée en 1994 de « propagande séparatiste » á cause d´un article critique á l´égard du gouvernement, elle a été emprisonnée pour 2 ans et se trouve depuis lors constament au centre des campagnes humanitaires d´Amnesty International. En 2001, après la publication d´un article dans le journal « Yeni Gundem » qui traitait des abus sexuels subits en prison par des membres des « mères de paix » kurdes, elle a été appelée à citer devant le tribunal (avec une cofondatrice du projet de 1997) á cause de ses « insultes à l´égard de l´armée turque ».
Elle dennonce publiquement et au niveau international a travers toutes ses conférences de toutes sortes et interventions tous ces abus comme la condition féminine générale en Turquie. En titre d´exemple, lors d´une conférence universitaire en Allemagne en 2001, elle racontait l´histoire d´une petite fille paysanne qui a dû subir lors de son travail sur les champs des viols d´un militaire qui la menacait de pretendre publiquement qu´elle ait des liens avec la guerilla kurde ; ensuite elle a été violée par ses amis militaires, par peur des represailles et par honte la petite fille n´avait pas osé dénoncer ces actes.
Eren Keskin, habituée des menaces de mort de toutes sortes en raison de ses activités, témoigne d´ailleurs de ses propres expériences : pendant son séjour en prison, un policier l´avait violement battu à l´aide d´un matrac dans son uterus – cela en supplément des moyens de tortures « habituels » puisqu´elle etait un « hôte » distingué.

En plus de ces nombreux procés menés contre elle, elle a recu récement la suspension d´une année d´exercer sa fonction d´avocate par la chambre des avocats d´Istamboul.
 En 2001, elle a recu lors de la quarantieme anniversaire de la section allemande
d´Amnesty International le prix des droits de l´Homme.
Eren Keskin est le symbol incarné de l´ecart existant entre le droit garanti par la constitution et le code civil et les pratiques négationistes de ces droits qu´elle réclame, Eren Keskin avec d´autres femmes sont les victimes de la revendication d’application des droits fondamentaux et de l´aspect schizophrénique de l´Etat turc.

Un exemple significatif d’organisation féministe


La WWHR, « women for women’s human rights » (en turc : KIHP, « kadinin insan haklari projesi), fondé en Turquie en 1993, constitue une organisation féministe regroupant en une tous les champs d’actions divers. Elle mobilise constamment les autres organisations similaires (voire annexe), s’engage pour un changement social et se bat pour des modifications et des précisions garantissant spécifiquement des droits des femmes au niveau juridique et leur application.
WWHR déclare travailler pour une reconnaissance et réalisation des droits humaines des femmes dans l’espace public et privé. Elle veut que les femmes participent activement à la société et pour cela inciter à ce que les femmes atteindent le statut des libres individus et citoyennes.
Cette organisation a tant d’objectifs et projets que nous nous devrons contenter à donner un apercu de ses activités afin de pouvoir entrer dans le cadre de ce travail. Elle combine travail de recherche (et évidemment son publication) et d’action, forment des groupes de pression auprès du Gouvernement, essai de relier des organisations et groupes féministes au niveau national et international et soutiennent des groups régionaux.
« women’s human rights training program », un de leur projets principaux,  développé en 1995 ( et implanté au directorat des services sociales communales depuis 1998 !) consiste à organiser des seminaires, conférences et soi-disant « workshops », afin d’instruire les femmes turques de leurs droits, les comprendre pour les utiliser et enfin initier un changement personnel et social en modifiant la nature patriarchal de la société. On leur explique la difference entre coutumes et droits en les rendant capable de les faire valoir individuellement dans leur vies quotidiennes à travers des discussions abordant l’éducation, le genre, le developpement personnel et l’action politique. En leur démontrant de même leurs droits sexuels, reproductive et de respect en général, elles sont encouragées à se relier entre elles afin de s’encourager mutuellement. Depuis 1923, cela constitue la première tentative d’education féministe au niveau national-la première grande victoire de la WWHR.
Au-dela de leurs groupes de pression (« lobbying »), WWHR organise des campagnes nationales et internationales afin de changer et modifier la législation ainsi que la faire appliquer. WWHR essaie de faire participer la Turquie activement au processus « Beijing+5 », « the women 2000 UN assembly » qui s’avait déroulé le 5-9 juin 2000 à New York et qui avait dénoncé non seulement les violences contre les femmes en termes généraux, mais plus précisement évoqué les « crimes d’honneur » , les « mariages forcés » et les « viols conjugals ». De cette facon WWHR organise avec d’autres associations des campagnes contre les crimes d’honneur, les abus physiques, les viols en détention –donc violence sexuelle « sponsoré par l’Etat », les mutilations génitales, la sentence de reduction de peine des viols subis par des prostitués et les tests de virginité afin de les faire reconnaître légalement en modifiant le code pénal ; car celui-ci devrait supprimer le titre « crimes contre l’intégrité sexuelle et coutumes morales » qui –en utilisant p.ex. des termes comme « viol avec consentement »- légitime la notion patriarchale que les femmes ne possedent pas leurs corps (lesquels incarnent l’honneur de la société…) et qu’entre époux n’existe alors ni viol, ni violence doméstique non plus.
WWHR veut d’ailleurs amender l’article 10 de la Constitution en ajoutant que l’Etat doit prendre toutes les mésures nécessaires légales et institutionelles afin d’assurer et réaliser l’égalité entre femmes et hommes.
Ces activités exemplaires ont abouti –comme on a vu- à beaucoup des résultats. Leur engagement pratique au niveau national témoigne d’une volonté extraordinaire par laquelle elles arrivent à réaliser beaucoup de leurs objectifs, vu surtout comme l’Etat turc agit en principe. Néanmoins leur mérite primordial consiste à changer les strucures sociales auprès leurs racines, sur long terme, à travers leur programe d’entrainement et d’éclaircissement des femmes de partout qu’elles ont su implanter dans les instances étatiques.

Femmes « islamistes » 


Les efforts des femmes courageuses qu’on a abordé jusque-là nous semblent bien cohérent dans un système où les autorités essaient à nouveau depuis les années 70, mais surtout 80, de supprimer les voix féminines et surtout féministes
On serait tenter à supposer qu’il s’agissait exclusivement des hommes engagés dans les partis dits islamistes, ou islamique tout court. Cette supposition trompe cependant, car il revient principalement aux femmes de militer sur le terrain pour ces partis comme le « Refah » ou le « Fazilet ». Ces femmes « visibles », dehors de l’éspace clos et privé, s’expriment ouvertement et agissent politiquement en répandant le message islamique et en oeuvrant pour le port du voile. Le fait que les hommes dirigéants les tiennent par contre dans l’anonymat rend carrément impossible de découvrir certains de leurs noms ou des paroles individuelles de ces femmes politiquement engagées. Afin d’expliquer ce phénomène, on devra donc se baser sur des études généralisées.
Le parti Refah, le premier parti islamiste au pouvoir (en 1997) depuis l’instauration de la République, était voté principalement par des voix féminines, un parti qui proclame ouvertement de vouloir bannir les femmes de l’éspace public et les voir assumant leur rôle du foyer. Un membre sur deux est une femme et ce sont elles qui menaient la campagne électorale sur le terrain, en allant de maison à maison. Elles distribuent des brochures et tentent de convaincre les gens de se faire recruter. Néanmoins le « Refah-Partisi » ne présente jamais des candidats-femmes –par principe.
Depuis le RP se faisait de plus en plus remarquer, de plus en plus des femmes et surtout des étudiantes se voilent –ce qui était encore inimaginable au debut des années 80. Les femmes du parti menent des campagnes pour le port du voile, financée par l’Arabie-Saoudite et l’Iran, en employant stratégiquement des promesses comme aussi des ménaces. A la rentrée, des organisations réligieuses donnent p.ex. des voiles aux filettes en leur promettant des cahiers et bookins à condition qu’elles le porteraient ; ou on promet des chambres universitaires, si des étudiantes se présentent régulièrement aux prières en amenant d’autres filles.

Les raisons des femmes islamistes à s’engager politiquement


Ces femmes, se revandiquant islamistes, nous semblent d’une certaine facon de vouloir retourner en arrière de toutes ces avancées juridico-historique d’avant Mustafa Kémal. Elles réclament la doctrine réligieuse –dont elles acceptent certaines principes qui leur enlèvent des droits et des acquis de la cause féminine- dans les institutions et dans le public d’un Etat laic.
Avant tout qu’il faudra souligner qu’elles ne pourraient même pas retourner en arrière, car leur mouvement, comme tous les autres, est le produit d’une évolution historique et linéaire. Elles ne s’opposent pas aux acquis contemporaines, ce sont par contre ces acquis qui leur font reclamer autre chose. Elles essaient de reconcilier cette « modernité » avec leurs principes traditionnelles et religieuses qu’on avait  tentées d’effacer et d’anéantir pendant longtemps en les qualifiant d’opposantes à la modernité.
Dans les années 70, Sule Yüksel Senler, dirigeante de la revue « Seher Vakti » etait une des premiéres femmes qui revendiquaient publiquement et politiquement le port du voile en critiquant son intérdiction qu´elle considerait comme le dictat d´une modernité laique. Son magazine proclamait le port du voile comme accessoire de mode en vertu d´une redéfinition de l´idée de la fémenité et comptait ainsi lui rendre sa signification en tant que modernité ce discours se developpait au cours des années 80 en tant que reaction á la suppression institutionnalisée de leur religion et ainsi une reaffirmation culturelle et identitaire.
L´engagement politico-religieux des femmes islamistes a de même pour cause un besoin de reaffirmation culturelle, comme le montre Marie-Gabrielle Cajoly dans son article « l´islamisme au feminin » en fonction des entretiens menés entre 1995 et 1998. ces femmes se prennent á l´arrogance et la soit disant suprematie du modèle occidental de la feminite qui leur etait occtroyé en tant qu´unique repére valable. Plaidant pour un modèle adapté à l´heritage culturel qu´elles souhaitent légitimer en faveur d´une pluralité culturelle et moderne.
L´islamisme feminin se caractérise lui-même par ses revendications des droits des femmes au niveau théorique. Il s´agit avant tout d´avoir conscience de ses propres droits et de les revendiquer selon ses valeurs personnelles, islamique ou bien laiques. M-G Cajoly avance l´idée qu´elles incarnent á leur facon autant plus les critères de modernité d´une societé laique qu´elles les « réinsèrent dans une tradition islamique originelle ».
Leur heritage kemaliste, le droit à l´education, leur ouvre la voie vers l´affirmation légitime de leurs droits. Ainsi, instruites et conscientes, elles accédent à une mobilité sociale en cassant leur statut publique des musulmanes traditionnelles. Selon Nilüfer Göle,ce sont ces couches sociales plutôt défavorisées qui ont bénéficié à partir des années 70 de cette mobilité sociale qui leur a attribué leur autorité actuelle par laquelle elles tentent de relégitimer et faire prévaloir les principes islamiques traditionnelles avec lesquelles elles ont grandi.
Voilées, elles investissent dans cet espace public symbolic de l´enseignement supérieur en le déclarant un devoir de chaque musulmane afin de pouvoir faire un choix religieux éclairé en tant que « savant ». les islamistes feminines déclarent s´engager au nom de toute femme turque, independément de tout clivage social, culturel ou politique, de pouvoir les éclairer et instruire par leur propre instruction et ainsi mener le combat pour faire respecter et évaluer leurs droits comme l´image de leur sexe dans les milieux laics comme les milieux les plus traditionnels. Le fait de pouvoir vivre et faire valoir le vrai Islam légitime le besoin d´accéder au texte sacré soi-même par l´instruction, implicitement au nom d´une intérprétation feminine en repoussant le monopole masculin. Cela sert d´argument, tout en restant la musulmane respectueuse ( et voilée…), de faire légitimement repousser leurs devoirs religieux comme le mariage et la maternité, en favorisant l´extension de leur rôle dans la vie active et/ou politique.
Le travail qu´elles reconnaissent comme droit fondamentale garanti par le coran reste un point debattu et redouté au sein de leur courant. Il constitue en rien un devoir qui reste incarné dans le rôle masculin. De cette facon, certaines entre elles, conditionnées par leur expérience personnelle, de ne pas avoir trouvé un travail aussi valorisant que leur rôle de mère, leur niveau d´études ainsi qu´une maternité assumée peut-être, proclament plutôt une inégalité de fait qui résultera de cette illusion occidentale du travail des deux partenaires. D´abord, cela ferait dans la pratique incomber un double travail aux femmes car les tâches doméstiques seraient toujours assumées par elles.
Elles déplorent les autres femmes qui doivent assumer ce rôle « en fonction des besoins économiques du foyer ». on y voit alors ce statut feminin mal reconnu qui résulte – selon la considération publique- de la faiblesse du mari qui n´arrive apparament pas à assurer financiérement.
Cela méne à une révalorisation de leur statut à l´interieur du foyer car elles savent – en connaisant les textes sacrés et les principes de leur propre éducation- que la maternité est leur vocation naturelle la plus divine qui seule peut leur procurer un réel épanouissement sur terre.   
Le travail peut de même être un désir personnel, mais n’est en rien un critère de modernité. C’est le terme du « droit à » qui symbolise la modernité et l’égalité entre hommes et femmes. Car, dans leurs yeux, hommes et femmes sont liés par leur complémentarité –en n’étant physiquement ni pareils, ni interchangeables et de cette facon socialement non plus-, une complémentarité physique et sociale de l’ordre naturel. Ce « droit à » incarne par contre une égalité politique culturelle qui reste à gagner. Mais ce thème émergeant du travail les a fragilisé dans leur auto-considération de respectabilité dans leur rôle intérieur.

Un investissement politico réligieux leur offre la conciliation de leur vie d’épouse et mère et un engagement respectueux et affirmatif à l’extérieur tout en s’adaptant souplément à leur vie familiale. Ainsi elles gangnent la légitimation d’aller et venir en toute liberté et parfois même une raison de se soustraire aux tâches doméstiques. Le parti représente l’occasion unique en tant que activité de s’assumer publiquement en toute harmonie avec leurs convictions réligieuses identitaires et leur rôle de mère.
Le parti leur attribue un statut social, une valorisation public s’exercant aussi au niveau privé, donc une reconnaissance sociale et un accomplissement personnel qu’elles n’ont pas vecu jusque-là. Par le biais du parti, elles peuvent profiter de leurs droits qui leur sont officièllement attribuées ; car il est toujours difficile pour les femmes des classes moyennes ou les plus défavorisées d’en bénéficier en vertu des coutumes culturelles.
Le voile les autorise à s’afficher publiquement en réalisant leurs ambitions personnels et en montrant leur identité culturelle, de parler au nom de l’Islam qui leur octroye ce devoir, mais non la réclusion car les femmes dans le Coran étaient politiquement très actives –ce qui leur sert alors comme argument.
Elles s’opposent donc aux valeurs d’un coté patriarchales comme laiques et occidentales de l’autre. Elles savent qu’elles portent en tant que femmes la responsabilité de la moralité des mœurs et le voile leur permet d’être visible tout en gardant les distances et la pudeur nécéssaires. Elles peuvent participer à la modernité occidentale en représentant leur identité culturelle spécifique.

Conclusion


Les femmes en Turquie des deux clans et toute femme qui se liera soit aux mouvements féministes, soit aux femmes islamistes, selon ses convictions laiques ou réligieuses, se trouvera dans un dilemme fondamentale, car les deux champs se voient plus au moins condamnés par les instances étatiques.
L’Etat, en ne montrant aucun effort afin de faire au moins appliquer les lois en vigueur, « punit » dans un certain sens les féministes, soit en les condamnant devant les tribunaux, soit en leur mettant simplement des obstacles à travers leur chemin. Et de l’autre coté , il condamne les femmes islamistes en leur retirant toute légitimité d’action en prétendant qu’elles mettent en jeu les acquis modernes. Pendant que les féministes subissent leurs punitions supplémentaires en forme de discriminations comme par exemple des incarcerations précipitées et des viols en prison, les femmes islamistes les subissent en forme de mépris dans l’éspace privé ou « politique » par les détenteurs même de la structure patriarchal avec lesquelles, soit elles vivent, soit elles travaillent.

Bibliographie



Göle, Nilüfer, « Ingenieurs islamistes et étudiantes voilées en Turquie :entre le totalitarisme et l´individualisme », in Intellectuels et militants de l´Islam contemporain, (sous la direction de Gilles Kepel et Yann Richard), éditions du Seuil, Paris, 1990.

Cajoly, Marie-Gabrielle, « L’islamisme au féminin : l’expérience d’un compromis culturel et la recherche d’un cosensus politique », in Turquie : les milles visages, (sous la direction de Isabelle Rigoni), collection « points cardinaux », éditions Syllepse, Paris, 2000.

Beaucoup de mes informations pratiques (des statistiques, situation juridique des femmes en Turquie, des témoignages et informations concernant le WWHR),
sont fournies par :
le site officiel du WWHR : www.wwhr.org (site en langue anglaise)
le site de Amnesty International : www.amnestyinternational.de (site en langue allemande)
Catégorie: 0

Allemagne vs Google street view : David vs Goliath?



Allemagne: depuis plus d´une semaine, il y a la discussion autour "Google street view" 
qui domine l´actualité allemande, en fait la ministre de la protection des consommateurs 
Mme Ilse Aigner, exige de Google plus de transparence et des dispositions plus strictes en ce qui concerne  le respect de la vie privée des allemands.


Le point de désaccord entre Google et L´Etat allemand, c´est le respect de la vie privée (Datenschutz). Google de son côté à mis en ligne une page Web permettent aux allemands, ainsi, de rendre anonyme leurs maisons et tout ce qui touche à leurs vies privées.
Vidéo à l´appui google explique ses disposition concernat sa politique au respect de la vie privée, en effet il explique que les visage et immatriculation de voitures seront anonymisés d´avance, comme le montre cette vidéo:



Sur la même page, google explique la procédure d´anonymisation. Les allemands ont un délai d´un mois, jusqu´au 15 Septembre 2010 à 24h, pour contester et envoyer le formulaire mis en ligne par Google permettant ainsi à ceux qui souhaitent rendre leurs maisons et tout ce qui touche leurs vies privées anonymes, les citoyens ont la possibilité de faire cette demande par écrit ou par mail aussi.
Un délai qui ressemble plus;aux yeux de la ministre Aigner; à un ultimatum, elle exige de Google le double du temps: 8 semaines.
Pour elle le défi politique: "est de trouver un équilibre "rationnel" entre, d´un coté, les évolutions techniques, qui profitent aussi aux consomateurs, et la protection de la sphère privée des citoyen de l´autre"
source de l´Image: *Der Spiegel
Catégorie: 2

Le Chomage rend malade.

 Arbeitslosigkeit  
Devalorisation; Stigmatisation sociale: beaucoup de Chômeurs  resentent une profonde céssure aprés la perte de leur travail. La Charge psychique à un effet néfaste sur leur Santé en Generale. Une Ètude de l´Union Syndicale allemand ( Deutsch Gewerktschaftsbund: DGB)  déclare que les Chomeurs sont beaucoup plus souvent malade que les gens  qui travaillent   

Une Ètude du DGB a demontré que les gens qui sont au Chomage  ne souffrent pas seulement de problémes financiers mais aussi des problémes de Santé.
Ainsi les chercheurs d´emploi, rapporte  le " Frankfurter Rundschau" dans son edition de Lundi, que les chomeurs,  selon des tranches  d´âge,  tombent deux fois malade que ceux qui travaillent.
Selon la  responsable de la DGB Annelie buntenbach : "plus la durée du chomage est très longue et les chances de s´en sortir est très minimes, plus la situation pour les victimes (-du chomage) devient plus critique pour eux et leurs familles"
Selon les résultats publiés par la DGB, le risque de tomber malade chez les employés de 15-24 ans  est de 3%, tansdis que chez leurs homolgues chomeurs le chiffre atteint les 4, 4 %, ce chiffre augmente dés qu´on avance dans l´âge, chez les 55-59 ans, par exmple,  les chômeurs sont 2,2% malade que leurs homologues qui ont un emploi, le risque de tomber malade chez eux est de 15,2 %.
La DGB dénonce que" la prise en charge médicale des chomeurs en Allemagne est trés insuffisante" ainsi les dispositions de préventions des assurances maladies ne s´interessent presque pas aux  chomeurs. pour cette raison, elle éxige des assurances maladies une forte implication dans ce domaine.
la situation sanitaire, et ce pour beaucoup de chômeurs, est un obstacle pour trouver un nouveau travail, déclarait la DGB, en effet les statistiques montrent que 540.000 chômeurs avaient des problèmes de santé en Juin 2010 et ne sont pas capables de travailler, en tout 45% des RMIstes allemands déclarent qu´ils sont, à cause de leurs situations de Santé, incapables de travailler.


Titre original: Arbeitslosigkeit macht Krank
source de l´Image: *Karitur-cartoon
Catégorie: 2

QU´EN EST-IL DE "M.A.L.I"?

Mouvement Alternatif pour les Libertés Individuelles  
Qu´en est-il du" Mouvement Alternatif pour les Libertés Individuelles"? vous vous souvenez de ce groupe de jeunes "trop audacieux" ou  plutôt "mal éduqués" comme les voient la plupart des marocains.
Le Ramadan approche et, au fur et à mesure, je me pose la question inévitable : M.A.L.I va-t-il tenter  un autre pic-nique en public pour rompre le jeune en lieux publiques?


À la Marge
M.A.L.I sur Facebook


le groupe compte plus de 2300 fans, dont le logo laisse supposer beaucoup de questions...
Est-ce la naissance du Femminisme marocain?

"Le mois de Ramadan nous semble représentatif du combat que nous comptons mener dans les mois et les années à venir contre toute forme de ségrégation. Une pression religieuse au sein de notre société et intolérance quant à la (non) croyance d’autrui au nom d’un soi-disant ordre moral. Le système en place devient intransigeant et arrogant, c’est dans l’indignation et la frustration que nous allons nous retrouver autour d’un pique-nique pour construire un monde meilleur, égalitaire et libertaire. Dimanche 13 Septembre 2009 Gare de Mohamedia à 13h

Nous remercions nos amis jeûneurs qui nous appuient et seront bien sur des nôtres.

Le but recherché par cette mobilisation est de faire entendre les causes de la défense des Droits de l’Homme, de la Justice, de la Liberté et de la Démocratie ! Combattre l’intolérance c’est se battre contre les idées de ceux qui ne donnent pas à l’autre le droit d’exister dans sa différence ; tout individu a droit de vivre sa particularité."

Article 222 du C.P marocain
"Celui qui, notoirement connu pour son appartenance à la religion musulmane,

rompt ostensiblement le jeûne dans un lieu public pendant le temps du ramadan, sans motif admis par cette religion, est puni de l'emprisonnement d'un à six mois et d'une amende de 12 à 120 dirhams



Pour apprendre plus sur l´Alevisme je vous conseille l´Article écrit sur Wikipédia à ce sujet:


L´Article 222: La problématique!!

D´abord qu´est-ce qu´on entend par Etre"nottoirement connu pour son appartenance à la religion musulmane"?
Quelles sont les motifs admis par la religion Musulmane et qui admisent qu´on rompe le jeune en plein mois de Ramadan, et ce, en lieux publiques sans être inquiété?
Imaginez un peu: je suis malade en mois de Ramadan, ce qui est un motif de non-jeune bien admis par la Religion musulmane, et je me balade en plein Avenue Mohamed V de toutes les villes Marocaines avec un "khbeyez madhoun bzbida" ( ce que les francais appelent une tartine au beure) ne serai-je pas inquiété par tout le monde "Sureté Nationale" inclus?
(* je connais déjá votre reponse la-dessus:"BEHHHH si vous ne voulez pas être inquiété par qui que ce soit, vous n´avez qu´à rester chez vous et manger en toute intimité...etc)

Être Musulman: La Problématique?
D´abord permettez-moi, avant d´entamer cette discussion, de jeter un regard bref sur notre constitution, surtout l´Article 5 et 6.
tandis que l´Article 5 de la constitution promulgue une certaine  égalité devant la loi de tous les marocains, l´Article 222, quant à lui; fait la discrimination flagrante entre Marocains Musulmans et ceux qui ne le sont pas; et il ne faut pas être un doctorant en Droit pour le remarquer.
L´Article 6 de la même constitution, quant à lui, est trés ambigu: d´un  côté " l´Islam est la Religion de L´Etat" de l´autre " L´Etat garantit à tous le libre exercice des Cultes"
Et remarquer que dans la Constitution "Culte" est écrit en Plurielle: CULTES.
Ou est-ce que je veux en venir? oui d´accord: supposons un instant que je suis marocain " Musulan" oui mais nottoirement seulement, mais au fond je ne pratique pas ou je suis athée, ou Boudhiste, ou je ne saia pas quoi d´autre, l´Etat est obligé, par la Constitution  de me garantir ma liberté d´exercice de mon Culte.N´est-ce pas?
Etre musulman: Ce n´est pas forcément faire le Ramadan?
À part si on exclu d´autres "dogmes" dans l`Islam. Un Alevi par exemple est un Musulman, mais qui ne fait pas le Ramadan, et c´est nottoirement connu pour son appartenance à la religion musulmanne : qu´est-ce qu´on va faire avec lui si il est au Maroc un certain mois de Ramadan? va-t-on l´emprisonner?
Il ne faut pas regarder juste devant son nez et dire que M.A.L.I est juste un groupe de "Zanadiqa" et s´arrêter là.
il faut se poser des questions, questionner notre société, questionner notre culture, notre Éthique, ce n´est par hasard qu´un groupe se crée pour contester juste pour contester, non, c´est qu´il y a un malaise, et, il ne faut pas traiter le malaise par une violence dont fait preuve notre ETAT, qui, s´adonne à chaque fois qu´il y a quelque chose qui menace son sommeil, à traiter toutes les affaires de la même facon: "LE3SSA LIMAN YA3SSA" ou bien "ZARWATA".
je ne suis pas forcément d´accord avec les méthodes et la facon d´approcher les choses de "MALI" mais je peux déffendre un certain  principe: PERSONNE NE DETIENT LA VERITÈ ABSOLU, et même notre cher Etat.


source de l´Image: *Larbi




Catégorie: 2

une simple répons à Citoyen Hmida!!

La Scéne Souissi *Mawazine


Qui d’entre nous peut affirmer, en toute honnêteté intellectuelle, que les « festivals » – quelque soit leur objet et leur lieu – sont boudés par les marocaines et les marocains ?
Les festivals? oui les marocains aiment ca?


Vite dit
"La  pédale sur l’accélérateur d’année en année, Mawazine s’est offert six  stars pour l’édition 2010 : Elton John, Sting, Carlos Santana, Mika,  Julio Iglesias et BB King. Selon les estimations des professionnels du  secteur, pour un concert de Sting en tournée il faut compter au moins  500 000 euros, 450 000 euros pour Elton John, entre 250 000 et 350 000  euros pour Carlos Santana, 200 000 euros pour Mika et 120 000 euros pour  BB King et Julio Iglesias. En tout, ce plateau de stars coûterait  théoriquement plus de 18,5 millions de dirhams, soit déjà plus de la  moitié du budget annoncé. "Telquel, n°425
je me demade combien d´argent faut-il  pour encourager l´édition au Maroc, et rendre les livres accéssible à tout Marocain. on a dépensé en fin de compte, en un festival, de quoi monter trois grandes maisons d´éditions.
Je suis les rumeurs comme tout autre"citoyen" marocain", j´ai entendu, aussi, des sommes faramineux qu´on a depensé aux festivités organisées au Maroc.
Moi, comme tout autre marocain, aime aussi les festivals, la fête; les Moussems ..etc ca prouve qu´on est un Peuple joyeux, qui aime vivre...etc.Hmida mélange beaucoup de paramètres dans son "analyse".
je n´ai pas besoin de connaitre autant que "citoyen" marocain :" les montages financiers que supposent ce genre de manifestations." mais j´ai besoin, et c´est un vrai besoin; de connaitre ou est-ce qu´il va mon argent autant que contribuable.
on est un pays pauvre, on ne cesse de nous le dire partout, on est classé dans toutes les statistiques presque les derniers, la pauvreté chez nous bat ses records..etc
Et si à la rigueure on dépense cet argent pour promouvoir une vraie vie culturelle..???
on ne peut dissocier vie culturelle et l´air qu´on réspire, mais il ne faut pas non plus dépenser des sommes faramineuses pour garder une image un peu superflue, c´est comme faire comme le dit un proverbe marocain:" dir la3kar 3la lkhnouna" ( je traduit pour les francophonnes: mettre du rouge à levres sur les crottes de nez (mais vraiment liquides et vert)...
salut à toi Hmida!!!
Catégorie: 4

Salamstreet se métamorphose pour vous:

Vous avez peut-être aimé le nouveau Design de mon Blog..!!?
c´est un "layout" à deux colonnes conceptualisé par Woork  et amélioré par mes soins. Il est constitué d´une entête (navbar), d´une page principale avec une colonne à gauche et une autre à droite, et un pied de page; ce qui permet une meilleure lisibilité  et une rationalisation de l´Espace.

en ce qui concerne le concept general du Blog, il y aura une meilleure "labilisation" des billets, j´ai choisi pour le moment 6 Catégories  principals:
1-Maroc
2-Monde
3-internet
4-opinions
5-société
6-Blogoma
Se sont les thèmes principales que traite ce Blog, d´autres thémes seront bien sur la bienvenue.
au niveau conceptuel toujours, je me suis  imaginé des billets  plus court et plus interactifs avec du contenu multimédia le plus possible.

en ce qui concerne l´interactivité, toujours; je me suis imaginé une rubrique ( qui n´est pas nouvelle d´ailleurs)  pour les lecteurs qui souhaitent me soumettre leurs Articles, je les publie tous sans exceptions faites à la qualité de l´écrit; de la peau ou de l´origine éthnique, bien sur, du rédacteur, en toute annonymité si le rédacteur le souhaite.

Bien sur le théme principal du Blog demeure inchangé, celui de la déffense de la Liberté d´expression au Maroc, et, entre Autres, combattre le phénoméne NINI....
il va s´en dire que les commentaires seront toujours les bienvenues et pas modérés...

ET QUE L`AVENTURE CONTINUE!!
Catégorie: 0

Freestyle slawi: yew, yew..!!

Je vous présente aujourd'hui´hui deux vidéos d´un groupe de jeunes de salé, ma ville très cher, qui rapent de leurs tripes, racontant leurs vies, leurs misères, leurs bonheurs, bref leurs visions du monde... c´est incontestablement la meilleur vidéo, ou le meilleur groupe de Rap marocain que j´ai jamais entendu jusque là, mais ils restent toujours dans les oubliettes..
extraordinaire..
je vous laisse déguster...ici:



 ..et ici:

 
Catégorie: 0

Prés de la Mosquée, loin de Dieu???

Il y a quelques jours j´ai reçu un mail d´un compatriote marocain qui vient d´arriver  à Munich me demandant certaines informations pratiques à propos de la vie à Munich: rien de plus normal, sauf que je recois aujourd´hui encore un autre mail d´un autre  compatriote qui demande aussi des informations.
la resemblance des deux  mails est plus que frappantes, par rapport à la qualité des informations demandées:


1- Une Mosquée ou on parle arabe
2- Une boucherie Halal
3- Présence marocaine à Munich

En carnivore assidu, je n´ai pu répondre qu´à la deuxième question, même si je ne m´approvisionne pas exclusivement que de la viande de bêtes tuées selon une tradition certaine: peut-être c´est dû à mon instinct de survie qui me pousse à diversifier mes resources alimentaires....et puis viande Halal c´est toujours un débat enorme...
Par rapport à la première question je n´ai pas pu du tout y répondre, il faut dire que je ne suis pas du tout un assidu des mosquées depuis l´âge de 10 ans, depuis qu´un Fquih ( un commerçant dans notre quartier à Tabriquet )  bien barbu m´a frappé très fort dans l´enceinte même de la mosquée parce que j´ai osé, soit disant, répondre en plein prière à mes copains qui  se foutaient de ma gueule, en m´imitant, en dehors de la mosquée, et ceci sans qu´un quelconque des croyants dans la mosquée ne put lui dire de s´arrêter si je ne m´avais pas pris les choses en mains, ou plutôt pieds, pour lui donner un coup fatal au bas ventre, et, le tirer par sa barbe abondante comme il faut pour qu´il perde l´équilibre  et me laisser le temps pour m´enfuir..il m´a poursuivi  dans tout le quartier, mais en vain! j´étais bien préparé à ce genre de situations, et son malheur ne s´est pas arrêté là, je lui ai lancé des cailloux tout au long de la journée et insulter par tous les mots devant ses clients....
Ce commerçant barbu a foutu en quelques secondes seulement, tout le travail pédagogique, qui a pris à  mon père  des semaines pour me convaincre de l´accompagner à la mosquée pour prier; à un moment je faisais la fierté de mon père, et j´étais aussi fier de l´être!
Mon pére qui, à tour de rôle avec d´autres collégues, faisait l´Imam dans notre mosquée du quartier, n´est plus, désormais, fier de moi, parce que par peur de rencontrer la même personne à la mosquée, j´ai toujours répondu par le négatif à ses demandes incessantes de l´accompagner à la prière...etc

Le chemin vers Dieu ne passe pas forcément par la mosquée, et Dieu (ou Allah plutôt) est partout, et pour prier on n´a nullement besoin d´une mosquée ou on parle surtout arabe...!!!!!
Alors pourquoi on demande toujours, chez mes compatriotes, après une mosquée ou on parle arabe? si ce n´est juste pour faire des rencontres un peu bizarre? ou si ce n´est juste pour se "communautariser"?
Non, je ne suis pas la bonne personne pour répondre à ce genre de questions, il faut apprendre de l´autre, des autres cultures, il ne faut pas s´enfermer dans sa propre culture, et, nous marocains on est plus ouvert d´esprit et il ne faut pas gâcher ces moments de chocs avec d´autres cultures pour s´enfermer sur la sienne, il faut être courageux et se heurter aux autres, et découvrir nos points faibles et nos points forts... et c´set ça la vraie vocation d´immigrés, et non pas chercher une widadya, une mosquée et une boucherie Halal...!!!!
Catégorie: 4

philosopher le Maroc, et la censure....

Je vous invite tous (9 come 91) à philosopher un peu sur la situation de la presse marocaine, et surtout le droit à l´expression et la liberté d´opinion au Maroc.
Est-ce un droit, déjà, le droit à l´expression au Maroc? Est-ce un droit absolu? ou est-ce un droit conditionné? si c´est le cas, par quoi, et, surtout par qui?
On reconnait que d´un cas de saisie d´un titre de presse, prenons Telquel à titre d´exemple, il y a certes, 2 "acteurs" :le censeur, ou les censeurs, qui jouent un rôle actif, et le censuré, qui subit l´acte de la censure; mais il y a une autre partie qui, quant à elle, forme une sorte de structure, où le pour et le contre se disputent la légitimité, légitimité de parole, et, d´occuper le terrain de revendications légitimes et légitimisées.

La question qui se pose, et qui concerne ceux qui défendent la censure, c´est quoi leurs motivations premières? pourquoi ils défendent la censure? sur quoi se basent-ils pour dire qu´un tel acte-la censure- est légitime?

Pour un censuré, on suit toujours l´exemple de Tel quel, à le droit de se poser la question, légitime à mon sens, Pourquoi j´étais censuré? et aux autorités qui ont participé à l´acte de la censure, et activement, incombe la réponse à cette question, pourquoi on a censuré un tel ou un tel, elles doivent motivé leur acte: pourquoi, pour quelles raisons on vous a censuré?
Pour ces autorités là, la réponse doit, et toujours, trouver sa source dans le droit.
la source doit être toujours le droit: les lois qui régissent un pays donné, et, qui définissent les rapports entre les citoyens, et, ces citoyens et l´autorité publique.
c´est ce qu´il y a de plus normal dans un État de droit, mais la question qui se pose ici: le Maroc, est-ce un État de droit déjà?
Mais c´est quoi déjà un État de droit? un Ètat de droit! un État de droit! dans le mot déjà il y a deux choses distinctes, l´une de l´autre, il y a l´État, et, le droit.
Dans ce cas, un État de droit pour moi, est un État ou règne le droit, tout conflit, ou litige, doit trouver sa réponse dans le droit, dans ce que prononcent les juges en toute indépendance de toute influence, qu´elle soit intérieure ou extérieure.
ce qui implique que la justice, ou un juge, doit être libre dans son jugement, et la justice doit être indépendante, est-ce le cas au Maroc?
Catégorie: 12

Lu à la Blogoma.

Nini ne laisse personne indifférent, notamment dans la Blogoma, il a fait couler beaucoup d´encre "virtuel" autour de lui en ce mois d´aout, il a même réussi, avec son génie incomparable, à faire oublier aux gens l´affaire de l´interdiction de Telquel et de Nichane.
Larbi -Le meilleur blogueur politique du Maroc, comme le nomme Politis qui, quant à lui, croit à la théorie du complot dans la Blogoma- consacre même 2 billets au sujet dans l´ intervalle de 2 semaines, l´un deux a été commenté 117 fois, ce qui fait de lui le billet le plus commenté du moment.
Aujourd´hui je voudrai bien consacrer ce petit espace à un Blog très originel, par sa façon de voire les choses, qui se veut un Blog réservé à la réflexion politique au Maroc: Politis. Depuis son article du 03/08/2009, politis ne cesse de crier au complot dans la Blogoma, un complot tissé par les "9%", qui sont selon lui, des HEROS, des adeptes de la pensée unique: "soit tu es avec nous, soit tu es contre nous!", ce complot, politis le décrit comme suite:"Et si vous avez le malheur de ne pas penser comme les "HEROS", vous êtes hors-jeu, vous êtes stigmatisés, mis à l'index!"
sauf que politis oublie que si on choisi de rendre publique ses opinions politiques, on doit s´attendre aux pires des réactions, voire même des insultes; il faut être naïf pour croire à un débat sain serein et dans les bonnes règles, dans un débat il y a toujours des dérapages, des détournements, des intimidations, bref le débat est une guerre d´arguments, d´intimidations, d´insultes," marginalisations", ou le "capital symbolique" des interlocuteurs joue un rôle très important.
La Blogoma n´échappe pas à la règle, les 9% possède un capital symbolique, et de sympathie, plus grand de celui des 91%, et ils l´utilisent dans les débats actuels à la Blogoma, et Politis en "souffre".
Catégorie: 21

écrire pour Salamstreet

Devenez rédacteur sur Salamstreet: envoyez-moi vos Articles je les publierai sans modération.plus d´iinfos...

L´Auteur

Moustapha.H
Addict Blogger et Traducteur libre!!
contactez-moi

Social Netwok

Moustapha Hmoudan
invitez-moi
à votre reseau Xing
Rejoignez mon
Reseau Linked In
Follow salamstreet on Twitter
Suivez-moi
à Twitter
Devenez mon ami
sur Facebook

Categories

Via Email

livre du moment

« Et si on se mariait ? » propose Nadège au jeune Marocain héros du roman. « C’en serait fini de tes problèmes de papiers. » Depuis qu’il est arrivé en France comme étudiant, ce dernier n’en peut plus des tracasseries administratives.

Blogoma